Franchise : comment ça marche ?

Création d'entreprise
Franchise : comment ça marche ?

Une  franchise est un contrat commercial par l’intermédiaire duquel une société appelée “franchiseur” octroie à un partenaire (le “franchisé”) le droit d’exploiter un savoir-faire et un concept commercial.

Vous désirez vous lancer dans la franchise ? Découvrez les principales caractéristiques ainsi que les avantages et inconvénients d’un modèle qui a rapporté plus de 55 milliards de chiffre d’affaires en France durant l’année 2016 (selon les Echos) !

Dans cet article

Les différents types de franchises

Franchise de service

Dans le cas d’une franchise de service, le franchisé doit fournir des prestations de service conformément aux instructions données par le franchiseur. A savoir que le système de franchise a connu un franc succès auprès des prestataires de services et continue à se développer aujourd’hui. Parmi les exemples notables, on peut citer McDonald’s qui est aujourd’hui présent aux quatre coins de la planète grâce à son immense réseau de franchisés.

Franchise de distribution

Ici, le franchisé joue grosso modo le rôle de revendeur. ll est chargé de se procurer puis de revendre des produits fabriqués par le franchiseur ou sélectionnés par ce dernier auprès d’un partenaire pour leur aspect complémentaire. Par exemple, un magasin du groupe Carrefour peut être une franchise de distribution.
A savoir qu’une clause dite d’approvisionnement exclusif ou quasi exclusif impose au franchisé de s’approvisionner uniquement auprès des fournisseurs listés dans ladite clause.

Franchise de production

Ce type de d’entreprise se différencie de la franchise de distribution par sa capacité à produire de manière autonome les produits demandés par la maison-mère avant de les revendre sous le nom de cette dernière. L’exemple le plus parlant en la matière est Coca-Cola, qui délègue la production de sa boisson phare à ses différentes (et nombreuses) franchises de productions réparties sur le globe

Devenir franchisé

Au delà du fait que devenir franchisé implique une création d’entreprise, c’est la sensation de partir de zéro tout en sachant que l’on est pas seul et qu’il est possible de se faire aider grâce à une stratégie éprouvée qui peut décider beaucoup de personne à faire le grand saut !

Aussi, la première chose à faire avant de se lancer est d’établir un bilan personnel, une autoévaluation.
Accordez-vous du temps pour cerner au mieux votre prisme de compétences ainsi que les motivations qui peuvent vous donner envie de devenir franchisé.

Ensuite, il faut partir à la recherche du genre de franchise qui est le plus à même de vous convenir : secteur d’activité, produits ou services…
Une bonne chose à faire afin de faire progresser le cheminement de la réflexion est d’aller sur des salons spécialisés : renseignements et franchiseurs seront au rendez-vous !

Une fois que vous aurez identifié un potentiel franchiseur idéal, ne vous précipitez pas !
Menez votre enquête sur l’entreprise, ses antécédents, et échangez avec d’autres franchisés travaillant pour elle dans la mesure du possible. Des sites spécialisés existent et vous permettront d’en savoir plus sur le franchiseur qui vous intéresse.
Dans l’hypothèse où le franchiseur essaie à tout prix de vous vendre son concept “révolutionnaire”, soyez-sur vos gardes. C’est un élément qui doit vous mettre la puce à l’oreille. Un partenariat de franchise doit profiter aux deux parties, pas à une seule !

Il est également primordial d’être au clair sur toute la partie financière : devenir franchisé requiert un investissement de départ qui peut être significatif, mais dans tous les cas il vaut mieux être bien préparé avec une banque prête à vous épauler dans votre démarche. Avec un business plan complet et réaliste, non seulement vous aurez une meilleure visibilité sur votre projet mais en plus, le banquier avec qui vous serez certainement amené à négocier aura plus de facilité à se faire une idée de votre projet.

Enfin, n’hésitez pas à solliciter conseillers en gestion, avocats ou experts-comptables : ils vous seront d’une grande aide au cours de votre périple si vous n’êtes pas très à l’aise avec les notions financières, comptables et juridiques.

Principe de fonctionnement

Comme nous l’avons vu au début de l’article, franchiseur et franchisé doivent former un cercle vertueux :
Le franchiseur permet au franchisé d’exploiter sa marque, ses produits, et de bénéficier de son expérience sans compter qu’il l’autorise à créer un magasin ou une enseigne par exemple..

De fait, il lui transmet son savoir-faire, sa notoriété et fournit une assistance permanente sur certains points (soutien lors de l’installation du franchisé dans les nouveaux locaux par exemple, formation, etc.).

Toutes ces aides et supports permettent au franchisé de faire croître son activité plus vite que s’il s’était lancé tambour battant en créant son propre concept. D’autant plus qu’il bénéficiera de l’expérience en terme de gestion d’entreprise acquise par le franchiseur au fil des années.

Avantages de la franchise

Comment devenir franchisé

Pour le franchisé

  • Bénéficier de la notoriété de la marque. Dans le cas d’une création d’entreprise “classique”, l’entrepreneur doit faire en sorte d’attirer les premiers clients par tous les moyens possibles. Ouvrir une franchise limite cette difficulté : un groupe de franchises a généralement une renommée assez importante (que ce soit au niveau régional, national ou international). De fait lors de l’ouverture, des clients seront très probablement au rendez-vous ! Cela permet du coup d’engranger des bénéfices plus rapidement et de développer l’activité en accéléré là où une entreprise en propre serait encore en phase de recherche de clients.

  • Clause d’exclusivité permettant d’avoir moins de concurrence. En effet, le contrat de franchise vient avec ce document extrêmement utile. Le franchiseur fait en sorte que sur une certaine zone, le franchisé ne soit pas en concurrence avec d’autres franchisés du même groupe. C’est un atout de poids, surtout en ville où l’espacement entre deux magasins peut être grandement réduit.

  • Le taux d’échec d’une franchise est faible. Puisque le concept proposé a été testé et approuvé par le franchiseur, il est fort probable que s’il suit les instructions à la lettre, le franchisé bénéficie lui aussi du succès de la méthode et engrange des bénéfices très rapidement !

  • Une formation et de l’aide en continu. Le franchiseur est chargé d’apporter son aide sur une multitude de sujets : gestion de trésorerie, marketing ou communication, ressources humaines, etc… Le but est de libérer un maximum de temps au gérant de la franchise fraîchement créée pour qu’il puisse se focaliser au maximum sur le développement de son activité. Un créateur d’entreprise sans franchise devra de son côté mettre plus de temps et d’énergie à s’occuper de ces points indispensables.

Pour le franchiseur

  • Augmenter le nombre de magasins, parfois à des emplacement stratégiques. Cette optimisation du maillage du territoire est très intéressante pour le franchiseur non seulement parce qu’elle lui permet d’accroître la visibilité de son entreprise progressivement mais qu’en plus, cela se fait sans avoir à investir beaucoup d’argent (c’est en effet le franchisé qui se charge de la création et de la gestion.)

  • Obtenir des revenus. En contrepartie de l’utilisation de la marque et de la transmission de savoir-faire et de l’assistance prodiguée, le franchisé doit s’acquitter de plusieurs paiements : le droit d’entrée (frais d’ouverture de l’entreprise) et les redevances (pour l’aide fournie et le bénéfice d’image qu’il peut tirer de la marque)

  • Accélérer ou relancer l’écoulement de ses produits. La mise en place d’une clause d’exclusivité impose ainsi au franchisé de s'approvisionner auprès du franchiseur. Dans le cas d’un produit se vendant déjà bien, cela permettra d’accroître les ventes et d’empocher plus d’argent. Et à l’inverse, dans le cas d’un produit se vendant mal ou en fin de vie, une clause d’exclusivité assurera au franchiseur de voir sa production écoulée plus aisément, limitant ainsi les frais de gestion de stocks et les invendus.

Inconvénients de la franchise

  • L’investissement de départ d’une franchise globalement plus élevé que pour une création d’entreprise en auto-entrepreneur. Les droits d’entrée à régler pour avoir le droit de rejoindre la franchise peuvent en rebuter plus d’un, par exemple.

  • Le fait de devoir se plier aux exigences en terme d'approvisionnement ou de vente peut être frustrant dans certains situations. A savoir que les enseignes tenues par des franchisés peuvent être sujettes à des visites de “clients mystères”. A priori totalement lambda, ces personnes viendront s’assurer de la bonne application des standards en vigueur et du respect des process imposés. Rarement appréciée, cette méthode est pourtant régulièrement employée, ce qui ne fait pas le bonheur de tout le monde et peut-être perçu comme une intrusion.

  • Un revente compliquée. En effet, dans le cas où le franchisé décide de céder son ou ses magasins, cela fait l’objet d’une procédure qui peut parfois être longue et laborieuse. Dans un premier temps, il doit se débrouiller pour trouver un repreneur. Mais en plus,  même après avoir trouvé le potentiel futur franchisé, le dossier de candidature de ce dernier doit être examiné puis validé par le franchiseur.

Mettre fin au contrat de franchise

Si l’accord entre franchiseur et franchisé est encadré par un contrat d’une durée  généralement comprise entre 5 et 10 ans, il peut arriver qu’une des deux parties souhaite y mettre un terme prématurément, pour diverses raisons.

Demande de rupture initiée par le franchiseur

Si le franchiseur souhaite que vous quittiez son réseau, il doit motiver sa demande. Elle peut être décidée si :

  • Le franchisé est allé à l’encontre d’un ou plusieurs termes du contrat

  • Le franchisé ne paie pas ses redevances de manière répétée

  • Le franchisé a décidé de vendre son fonds de commerce avant l’expiration du contrat le liant avec le franchiseur

Demande de de rupture initiée par le franchisé

Le franchisé doit lui aussi apporter des arguments à sa volonté de quitter le groupement de franchise dans lequel il évolue. Les causes d’une telle demande peuvent être les suivantes :

  • Le franchiseur ne respecte pas ses obligations (apport de savoir-faire, aide providée…)

  • Le franchisé doit faire face à des difficultés de trésorerie qui ne lui permettent plus de maintenir son ou ses enseignes à flot.

  • Dans le cas d’un décès, le contrat peut également être suspendu pour une durée déterminée, dans l’attente d’une solution pérenne à mettre en place.

Remarque : si une rupture unilatérale est initiée par une des deux parties alors qu’aucune des des conditions ci-dessus ne soit remplie, cela peut donner lieu au paiement de dommages et intérêts. Si le litige persiste, il est aussi possible de faire appel à un tribunal pour trancher sur l’affaire. Heureusement, il est extrêmement rare d’en arriver là !

Quelques exemples de succès

Franchise définition

Allons, nous n’allions pas vous laisser sur une note négative quand même !
Si la rupture anticipée d’un contrat de franchise est possible, c’est un cas qui reste rare et dans la plupart des cas, les deux parties parviennent à s’accorder à l’amiable !

Mais au lieu de s’éterniser là-dessus, penchons-nous plutôt un instant sur les franchises qui ont très bien fonctionné (en France) !

Commençons par un des maîtres en la matière qu’est McDonald’s. Si l’entreprise n’est pas originaire de France, il n’en reste pas moins que plus de 80% de ses 1200 restaurants répartis dans l’hexagone sont gérés par des franchisés ! Aidés et supportés tout au long du processus de création, ils reçoivent le matériel nécessaire au bon fonctionnement du restaurant. De plus, une formation intensive portant sur la gestion d’entreprise leur est dispensée sur un an.

Dans un autre domaine, on peut citer Carrefour, enseigne de grande distribution. Avec presque 6000 magasins en France et plus de 2000 comme franchisés, c’est un autre poids lourd qui offre une grande souplesse à ceux qui souhaitent les rejoindre : plusieurs types d’enseignes existent pour que tout le monde y trouve son compte en fonction du secteur visé. Les créateurs bénéficient d’un immense savoir-faire et ont même le droit à leur propre conseiller de franchise, ce qui est un avantage non négligeable.

Enfin, pour sortir de l'alimentaire, parlons un peu de Midas, réseau d'ateliers de réparation automobile multi-marque. Spécialisé dans le "sans rendez-vous". Composé de plus de 80% de franchisés, le réseau Midas possède une notoriété importante en France. Toutes les personnes qui créent une franchise avec eux se voient aidées sur plusieurs points : aide dans le choix de la zone d'implantation, formation de départ sur 6 semaines (gestion d'entreprise principalement) ou encore la mise à disposition d'outils facilitant le quotidien.

Conclusion

Modèle à succès ces dernières années, la franchise attire de plus en plus de personnes désirant créer une entreprise sans avoir à subir toutes les contraintes qui y sont liées, tout en bénéficiant d’un accompagnement. Toutefois, être franchisé revient à devoir suivre le modèle et les consignes du franchiseur, ce qui en fait une manière de travailler assez particulière et parfois contraignante.

Articles similaires