Mobilisation de créances - Définition, types et avantages

Gestion - Finances
Mobilisation de créances - Définition, types et avantages

La mobilisation de créances est une forme de financement à court terme auquel une entreprise peut avoir recours. Elle consiste à céder un effet de commerce à un tiers en échange de son paiement. Une entreprise confie une facture qui n’a pas encore été payée à une société spécialisée qui lui remet le montant correspondant, minoré de frais et de commissions.

Pourquoi recourir à la mobilisation de créances ?

Les factures en attente de paiement sont courantes dans la vie d’une entreprise. Accorder des délais de règlement à ses clients est un bon moyen d’entretenir avec eux une relation de confiance, mais un nombre trop important de factures impayées peut rapidement causer des problèmes de trésorerie. C’est notamment le cas si l’entreprise fait subitement face à un besoin de financement à court terme.

Avoir recours à la mobilisation de créances permet à l’entreprise d’alléger sa situation de trésorerie en bénéficiant immédiatement du montant d’une facture sans attendre sa date d’échéance. Il peut également être judicieux d’y recourir pour gérer les factures adressées à des clients identifiés comme mauvais payeurs, qui ont pour habitude de régler leurs dettes en retard.

Les différents types de mobilisation de créances

L’affacturage

L’affacturage est une des formes de mobilisation de créances les plus couramment utilisées en entreprise. Son principe est le suivant : une entreprise contacte un établissement financier spécialisé, appelé factor, pour lui remettre une créance. Le factor lui remet alors le paiement immédiat de la facture concernée, auquel sont soustraits les frais de dossier et les commissions.

La gestion du poste client est alors transférée au factor : cela représente un gain de temps et d’argent puisque l’entreprise peut alors se concentrer sur son activité et laisser à un professionnel la charge de recouvrer la créance. Pour en savoir plus sur l’affacturage, cliquez ici.

La cession Dailly

Le principe de la cession dite Dailly est semblable à l’affacturage, à la différence qu’elle passe par une banque plutôt qu’un factor. L’entreprise transmet un bordereau qui contient tous les détails de la créance concernée à sa banque afin de la lui céder. La cession Dailly représente en ce sens un crédit à court terme : la banque accorde une avance de trésorerie qui correspond au montant total de la créance en attente de règlement, que l’entreprise devra rembourser dans un délai convenu à l’avance.

Relancer le client et obtenir la somme qu’il doit reste à la charge de l’entreprise. Dans l’éventualité où il ne s’est toujours pas acquitté de sa dette une fois la date de paiement arrivée à échéance, l’entreprise devra néanmoins rembourser la somme qui a été avancée à la banque.

L’escompte bancaire

De la même manière que la cession Dailly, l’escompte bancaire permet de céder un effet de commerce (une dette, une traite …) à la banque qui va par conséquent en devenir propriétaire. En contrepartie, celle-ci accorde à l’entreprise une avance de trésorerie qui correspond au montant de l’effet, moins les intérêts qui courent entre la date du versement de l’escompte et la date de paiement effectif.

Pour bénéficier de ce service, il est cependant nécessaire de négocier une ligne d’escompte en amont avec sa banque, qui va analyser la santé financière de l’entreprise afin d’estimer le risque de crédit et obtenir des garanties.

Avantages et inconvénients de la mobilisation de créances

  • La date d’exigibilité du paiement ne change pas : le processus est inchangé pour le client puisque l’échéance de règlement indiquée sur la facture reste identique. Seul son bénéficiaire est susceptible de changer en faveur de la banque ou d’un factor selon la méthode employée.

  • Elle peut renforcer la trésorerie : si les factures en attente de paiement pèsent trop sur les finances de l’entreprise, la mobilisation de créances permet de répondre à un besoin de trésorerie soudain qu’il n’aurait pas été possible de combler en temps normal.

  • Le recouvrement d’une créance peut être une procédure longue et coûteuse : faire appel à un factor permet d’éviter certaines complications inhérentes à une procédure de recouvrement.

  • Les coûts supplémentaires : la mobilisation de créances implique nécessairement le paiement de frais supplémentaires pour rémunérer la prestation du tiers, qui viennent s’ajouter aux charges de l’entreprise.

Articles similaires